Ce qu'il faut savoir sur le dopage en sport

Le dopage est un phénomène très répandu dans le milieu du sport. Il existe pourtant de fâcheux inconvénients à adopter cette méthode.

Le dopage en sport : qu’est-ce que c’est ?

Dans le domaine du sport, le dopage est considéré comme le fait d’ingérer des substances chimiques classées « prohibées » par la fédération internationale de l’athlétisme. Le détournement de soins médicaux à des fins personnelles est placé dans la même catégorie comme vous pouvez le voir sur le site web ecoute-dopage.fr.
Le dopage est répandu dans toutes les activités sportives, mais les sports les plus concernés sont le cyclisme, le catch, le football et le tennis.

Pour quelles raisons les sportifs se dopent-ils ?

Beaucoup de raisons poussent les athlètes à consommer des produits illicites. Certains visent la croissance hormonale. Dans le volley-ball et le basket-ball par exemple, la taille est un atout considérable. Alors, bon nombre d’athlètes prennent de la « somatropine » (hormone qui stimule la croissance et la reproduction des cellules) pour accroître leurs chances.
D’autres sportifs sont à la recherche de la vigueur et de la puissance des muscles. Il est évident qu’une excellente qualité des muscles (masse et tonus) favorise les exploits sportifs. C’est l’objectif des athlètes quand ils ingèrent des substances comme les stéroïdes anabolisants.
Pour d’autres encore, il s’agit d’avoir une bonne oxygénation. C’est le processus au cours duquel l’oxygène se draine dans le sang par l’accroissement des globules rouges. Le résultat est que les muscles sont extrêmement nourris. Les substances ici sont souvent le salbutamol et l'érythropoïétine.

Quelles sont les conséquences du dopage sur la santé ?

Consommer des produits dopants représente un grand risque pour le bien-être de ceux qui s’y adonnent. Des problèmes respiratoires peuvent se déclencher. Il y a aussi les risques de cancer et de fécondité. Il faut dire que toutes les substances (surtout en surdosage) conduisent la plupart du temps à des crises cardiaques, et donc à un trépas imminent.

Auteur de l’article :